Le crime du comte Neville

Le crime du comte Neuville - Amélie Nothomb - Editions Albin Michel
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest

Amélie Nothomb

Editions Albin Michel
15 €
Roman

Etrange, original, plein d’humour, c’est le nouveau roman que nous offre Amélie Nothomb, fidèle à chaque rentrée littéraire. Voici l’histoire : le comte Neuville, aristocrate désargenté, est à la recherche de sa plus jeune fille, Sérieuse, à la suite d’une fugue qui n’en est pas une. Il passe chez une voyante qui lui prédit qu’à sa prochaine réception, il tuera un invité. Or le comte organise, dans le parc de son château délabré, d’extraordinaires garden-party qui font sa fierté. Cette réception sera la dernière car il va vendre le château. Mais la prédiction le hante et Sérieuse, profondément déprimée, lui propose alors de la tuer, elle, puisqu’elle ne tient plus à la vie. Histoire rocambolesque s’il en fut ! Humour et fantaisie se mêlent à une certaine amertume dans l’analyse de cette société.
Comment le comte, qui a prénommé ses deux grands enfants Oreste et Electre, vivant souvenir de la tragédie grecque, va-t-il se sortir de ce guêpier ? Chaque automne, les rentrées littéraires comme les vendanges nous donnent des crus différents. Amélie Nothomb nous raconte là une histoire farfelue que nous aurions aimé certes un peu plus étoffée . Mais ne boudons pas notre plaisir et notre appétit de lecture !

 Extraits :  :” Les invités se dispersaient dans le jardin avec une harmonie difficile à attribuer au hasard. Neuville y reconnaissait les symptômes d’une réception réussie : les gens se dépassaient. Soucieux de la beauté qui émanait de leur ensemble, ils étaient ce qu’ils pouvaient être de mieux : leurs mouvements coulaient les uns vers les autres, leurs paroles avaient la légèreté et la grâce de poèmes en prose. Personne ne cherchait à se mettre en avant et même les timorés accédaient à une forme d’existence. « Comme ce spectacle plait à mes yeux, à mes oreilles, à mon esprit ! pensait leur hôte.
Et dire que je vais détruire à jamais ce monde parfait ! Ce n’est pas seulement ma fille que je vais assassiner, c’est cet univers auquel je vais mettre fin. »

“- Comment peux-tu imaginer un quart de seconde que je te tue, Sérieuse ?
– Parce que j’en ai besoin.
Henri ouvrit des yeux horrifiés.
– Qu’est-ce que tu racontes ?
– Je ne vais pas bien, papa.
– Tu es malade ?
– Non. Depuis quelques années, dans ma tête, je ne vais pas bien.”

“Les enfants de l’ancien monde n’avaient droit qu’à une portion congrue d’attention et d’affection, sauf s’ils s’efforçaient de séduire leurs parents ; les enfants modernes étaient dès leur naissance l’objet d’une tentative de séduction de la part de leurs parents – ces derniers n’ayant droit qu’à une portion congrue d’affection. C’était une révolution de point de vue : les enfants, qui dans l’ancien monde n’étaient qu’un moyen, étaient devenus la fin, le souverain but.”

À lire aussi...

100 idées reçues qui vous empêchent d'aller bien - Alexandra Dalu - Leduc Editions

Les 100 idées reçues qui vous empêchent d’aller bien

"Les 100 idées reçues qui vous empêchent d'aller bien", est un guide clair qui nous apporte des réponses précises, des conseils éclairés, sur différents sujets comme l' alimentation, le sport, le sommeil, pour nous permettre de démêler le vrai du faux et de cette façon, apprendre à prendre soin de nous.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This