Le lagon noir

Le lagon noir de Arnaldur Indridason - Editions Métailié Noir
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest

Arnaldur Indridason

 

Editions Métailié Noir
 20,00 €
Policier

Un corps complètement disloqué a été repêché dans les eaux d’un lagon bleu. Les investigations de Marion Briem et du jeune Erlendur, depuis 2 ans dans la Criminelle, les amènent à devoir enquêter au sein de la base américaine construite durant la seconde guerre mondiale. C’est une vraie ville où vivent environ 6 000 Américains. On n’y rentre pas facilement, encore moins quand on veut enquêter sur un meurtre. Heureusement, convaincue par la sincérité et l’intégrité des deux enquêteurs, Caroline, officier de police de la base, va s’associer à leur recherche. Nous sommes en pleine guerre froide. Sous fond de marché noir d’importations américaines (le fameux jean, les cigarettes, marijuana et alcools…), de transports de missiles nucléaires, et de bombes atomiques de la base de Thulé aux Groenland, l’investigation est vraiment sensible et avance doucement. D’autant plus qu’Elendur, encouragé par son mentor, s’est mobilisé sur une affaire vieille de 25 ans et qui le hante depuis bien longtemps. En 1953, une jeune fille qui venait de fêter ses 19 ans avait disparu entre son domicile et l’école, sans laisser aucune trace. La police avait conclu au suicide. Or des témoins avaient affirmé que Dagbjört avait un petit ami qui habitait à Kamp Knox, une zone de baraquements en tôle ondulée, reconvertis en « habitations ». Ce quartier était en réalité un véritable bidonville et avait mauvaise réputation… L’étudiante y a-t-elle été agressée ?
Le lagon noir, ce sont deux enquêtes passionnantes et de merveilleuses descriptions des paysages islandais, sans oublier évidemment l’attrait du personnage d’Erlendur, qui prend corps sous nos yeux. Il a trente ans. Solitaire, il l’est vraiment. On découvre qu’il vient de divorcer. Parfois, il va observer à la dérobée une petite fille dans une cour d’école. Il est déjà très introverti mais peut donner sa position contre la présence américaine à qui veut l’écouter. Il commence sa carrière et on comprend que celle-ci sera largement inspirée par sa propre histoire. Rechercher les disparus, comme le prix d’une culpabilité à payer : celle d’avoir perdu son frère lors d’une tempête de neige…

 Extraits :  “Un vent violent soufflait sur la lande de Midnesheidi. Venu du nord et des hautes terres désertes, il franchissait les eaux agités du golf de Faxafloi, puis se précipitait, glacial et mordant, sur les ondulations du paysage, saupoudrant d’une fine couche de neige les plantes rases, transies et prostrées, qui dépassaient à peine des roches et des bloc de pierre. La végétation à la merci de la mer et du vent du nord livrait une lutte incessante. Seules les plantes les plus endurcies parvenaient à survivre ici. La clôture dépassant de l’étendue désolée délimitait le périmètre de la base militaire américaine et sifflait sous l’effet des bourrasques qui s’attellent sur les murs gigantesques du hangar à avions, au sommet de la lande.”

“Le silence régnait à l’exception des lamentations du vent. Tout à coup, on entendit comme un souffle au sommet de l’échafaudage. Un tuyau atterrit en bas et rebondit avec fracas. Puis un second souffle, plus mat, se fit entendre et un corps s’abattit sur le sol. L’impact s’accompagna d’un étrange bruit sourd et étouffé, comme si un gros sac de toile était tombé du plafond. Enfin, le silence revint et il n’y eut que les hurlements du vent.”

” Erlendur et Marion s’installèrent à une table isolée. Le plat du jour était de la raie faisandée à la graisse de mouton fondue. Marion craignait que l’odeur du poisson, un mélange de moisissure et d’urine, n’imprègne ses vêtements. Erlendur ne s’en souciait guère et demanda à ce qu’on lui serve une bonne portion de raie bien aspergée de graisse, accompagnée d’une tranche de pain complet beurré. Il dévora son repas, mort de faim après cette journée, ne prononçant quelques mots entre deux bouchées.”

 

À lire aussi...

100 idées reçues qui vous empêchent d'aller bien - Alexandra Dalu - Leduc Editions

Les 100 idées reçues qui vous empêchent d’aller bien

"Les 100 idées reçues qui vous empêchent d'aller bien", est un guide clair qui nous apporte des réponses précises, des conseils éclairés, sur différents sujets comme l' alimentation, le sport, le sommeil, pour nous permettre de démêler le vrai du faux et de cette façon, apprendre à prendre soin de nous.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This