L’inconnu du pont Notre Dame

L'inconnu du Pont Notre-Dame - Jean-François Parrot - Editions J.C. Lattes
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest

Jean-François Parrot

Editions J.C. Lattes
19 €
Policier

Un cadavre à la tête écrasée, découvert lors des démolitions des maisons du pont Notre Dame ; la disparition d’un conservateur du Cabinet des Médailles ; une belle espionne et un complot contre le roi louis XVI, voilà une enquête difficile qui se présente à Nicolas Le Floch et à son fidèle adjoint Bourdeaux. Jean-François Parot nous offre ici un roman tout aussi passionnant que les précédents, mais il s’ajoute à cette histoire une touche de gravité qui nous émeut. Cela tient à l’époque et aussi à la profondeur des sentiments et des émotions de notre héros.
Tout d’abord, nous sommes en 1786, à trois ans de la Révolution. La Cour et les rues de Paris bruissent du scandale de l’affaire du « Collier de la Reine ». Les nuages noirs s’accumulent sur la noblesse et la royauté. Nicolas, enfant trouvé, adopté et élevé par le chanoine Le Floch, reconnu comme son fils par le marquis de Ranreuil, le ressent profondément. Puis, notre héros va revoir, lors d’un bal à Versailles, son premier amour, Antoinette, surnommée « la Satin », la mère de son fils Louis devenue maintenant Lady Charwel. Rencontre qui suscite en lui remords, regrets et inquiétude, car à Londres, elle espionne pour la France. Et quand ce fils lui demandera de préparer son mariage, il le fera volontiers tout en prenant conscience de sa jeunesse qui passe. Enfin, de la bouche de Madame Louise, fille de Louis XV devenue carmélite, il apprend le secret de sa naissance, moment ô combien émouvant !
Tout le petit monde qui gravite autour de Nicolas nous est toujours décrit avec finesse et humour, mais il faudra bien des ronronnements de Mouchette pour apaiser Nicolas Le Floch.

 Extraits : ” Nicolas se retira, se déshabilla et se laissa tomber sur son lit. Il se sentait vieux et accablé. Il aurait dû se réjouir mais trop de pensées se dispersaient dans son esprit. Dans la même journée, il avait parcouru sa vie entière, de sa naissance au mariage de son fils. Mouchette surgit, fantôme familier, elle se glissa sur son maître, le considéra, approcha sa petite tête triangulaire et posa son nez sur celui de Nicolas. Ses yeux s’ouvrirent, perspicaces. C’était sa manière à elle de marquer son affection. Le sommeil s’imposa brutalement, lourd d’inévitables cauchemars.”

“Arrivés à l’entrée du pont, ils (Nicolas et Bourdeau) durent se frayer un chemin à travers cette foule de curieux, maintenus par des barrières et qui, à Paris, sont toujours fascinés par le moindre incident. A l’entrée de la bâtisse, une odeur épouvantable les saisit. Le sergent leur conseilla de placer un mouchoir sur leur visage.  Bourdeau alluma sa pipe et Nicolas prisa d’abondance dans la tabatière offerte jadis par le feu roi. Au troisième étage, dans l’une des deux pièces dévastées, le sergent leur désigna une masse informe, le corps d’une femme en robe dont la tête paraissait avoir été écrasé par un morceau de la muraille en brique.”

“- Et la reine ?
– Voila encore de quoi justifier son surnom de « Madame Déficit ».
– Mon cher Semacgus, la reine ne fait aucun lien entre ses dépenses et le déficit dont on la tympanise et qui afflige le roi. Il est à craindre que le peuple lui servira les intérêts de son attitude lors de sa prochaine entrée de relevailles à Paris. Encore qu’elle soit de plus en plus sensible aux manifestations du peuple. N’a-t-elle pas dit au roi, comparant l’accueil qu’il reçoit dans la capitale au sien, « pour moi, je ne vais pas de fois à Paris qu’ils crient jusqu’à m’étourdir ».

“Nicolas se retourna et faillit fléchir sur ses jambes tant l’émotion qui le saisit fut grande. Il trouva son salut dans une profonde inclination. Il reprit souffle et composa son visage. L’épouse de ce petit vieillard, dans sa robe magnifique de soie blanche à motifs floraux, cette jeune femme parée de diamants, c’était la Satin. Antoinette Godelet, la mère de son fils et son premier amour. Pétrifié, il n’osait analyser les sentiments mêlés qui le submergeaient.”

À lire aussi...

100 idées reçues qui vous empêchent d'aller bien - Alexandra Dalu - Leduc Editions

Les 100 idées reçues qui vous empêchent d’aller bien

"Les 100 idées reçues qui vous empêchent d'aller bien", est un guide clair qui nous apporte des réponses précises, des conseils éclairés, sur différents sujets comme l' alimentation, le sport, le sommeil, pour nous permettre de démêler le vrai du faux et de cette façon, apprendre à prendre soin de nous.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This