Black Cocaïne

Black cocaïne de Laurent Guillaume - Editions Folio Policier
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
Black cocaïne de Laurent Guillaume – Editions Folio Policier
Black Cocaïne

Laurent Guillaume.

Editions Folio policier
7 €
Roman Policier

 Solo, ancien flic obligé de quitter la France, est retourné vivre et travailler comme détective privé au Mali, terre de ses ancêtres. Tiraillé entre deux cultures, il essaie de faire une place et une clientèle à Bamako. Justement, il est contacté par une ravissante Parisienne, venue à Bamako faire libérer sa soeur emprisonnée pour trafic de drogues. Elle charge Solo de faire la vérité sur cette affaire. L’enquêteur réussit à la faire libérer mais ensuite, rien ne se déroule comme il l’avait présumé.

Entre actions, rebondissements et exotisme, tous les ingrédients du polar sont là : un ancien flic détruit par la disparition de sa femme, une cliente, femme fatale à secourir, des tentatives de meurtres pour arrêter une enquête qui dérange, le tout dans une pays gangréné par la corruption.

Extraits : “ Hamidou Kansaye se tenait derrière son bureau de ministre, le combiné de son téléphone fixe collé à l’oreille. Il me fit signe de m’assoir. Je frissonnait en obtempérant, il régnait dans la pièce un froid sibérien. la clim fonctionnait à plein régime, comme c’est souvent le cas chez les riches et les puissants au Mali, à croire que le fait de vivre dans un frigo est un signe extérieur d’appartenance à la caste supérieure. L’un des trois téléphones cellulaires posés sur le bureau se mit à trépider comme un gros scarabée sur le sous-main en cuir. Kansaye l’ouvrit et le colla sur son oreille disponible, entreprenant de mener deux conversations en parallèle avec ses interlocuteurs, alternant le français et le bambara, engueulant l’un comme l’autre dans un langage fleuri. Kansaye avait la réputation d’être irrascible et très autoritaire – ses camarades de la police l’avaient surnommé Pinochet.

Il était allongé sur le sol, du ruban adhésif orange autour des chevilles, des poignets et sur la bouche. Un sang noir et poisseux maculait ses cheveux blancs ; ses yeux écarquillés roulaient en tous sens dans leurs orbites. Ils voulaient m’avertir, me dire de ne pas me précipiter, de faire attention à ce qu’il y avait là, juste derrière moi. J’eu à peine le temps de m’accroupir devant lui qu’un choc immense à l’arrière de mon crâne fit vaciller le monde et le sol se précipita vers moi.”

Le légiste n’est pas encore là, lui. Il doit probablement persécuter un autre cadavre dans une autre salle d’examen, pour lui arracher la vérité de son trépas. Je suis venu tellement souvent dans cette salle carrelée, mais jamais avant je n’avais eu aussi froid. Je grelotte. Je m’avance vers eux, sans m’en rendre vraiment compte, glissant sur un tapis roulant. Juste à côté des corps, dans des sacs plastiques transparents, leurs affaires ramassées par les pompiers, probablement. Parmi elles, il y a le chèche que j’avais offert à ma femme au début de notre mariage.”

 

 

À lire aussi...

100 idées reçues qui vous empêchent d'aller bien - Alexandra Dalu - Leduc Editions

Les 100 idées reçues qui vous empêchent d’aller bien

"Les 100 idées reçues qui vous empêchent d'aller bien", est un guide clair qui nous apporte des réponses précises, des conseils éclairés, sur différents sujets comme l' alimentation, le sport, le sommeil, pour nous permettre de démêler le vrai du faux et de cette façon, apprendre à prendre soin de nous.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This