L’aliéniste

L'Alliéniste -Roman de Caleb Carr - Editions Presse de la Cité
  • Facebook
  • Twitter
  • Google+
  • Pinterest
L’aliéniste

Caleb Carr

Editions Presse de la Cité
22 €
Roman Policier

 1896. Des meurtres sanglants de jeunes garçons prostitués sont commis dans les bas-fonds de Manhattan. Théodore Roosevelt qui deviendra président des Etats Unis quelques temps après, est pour le moment, préfet de la police de New York, ville en pleine expansion, rongée les injustices sociales. Pour déjouer la corruption de qui règne au sein de la police, il confie officieusement l’enquête à Lazslo Kreisler, un aliéniste humaniste controversé pour ses recherches sur le comportement criminel. Ce dernier va s’entourer de John Schuyler Moore un chroniqueur littéraire et de la secrétaire de Roosevelt qui ne rêve que d’une chose, devenir enquêtrice. En étudiant les crimes, l’équipe policière va brosser le portrait psychologique de l’assassin pour finalement l’arrêter.

L’aliéniste est un polar parfaitement bien ficelé qui nous tient en haleine. On suit avec passion les recherches menées pas à pas, les hésitations, fausses pistes et erreurs réalisées par les enquêteurs qui font leurs les techniques encore innovantes et controversées de ce qui deviendra la criminologie et le profilage. Le plaisir de la lecture vient également des descriptions de la société et des conditions de vie de l’époque extrêmement bien détaillées et peu explorées.

Extraits : “A partir de maintenant, nous devions nous efforcer de nous défaire de toute idée préconçue sur le comportement humain. De voir le monde non avec nos proores yeux, ni à l’aune de nos propres valeurs, mais à travers ceux du mertrier. Son expérience, son contexte de sa vie, c’était cela qui comptait. Tout aspect de sa conduite qui nous intriguait, du plus banal au plus horrible, nous devions chercher à l’expliquer en postulant des évènements de son enfance qui pourraient en être la source. Ce processus de cause et d’effet – appelé “déterminisme psychologique”, comme nous ne tarderions pas à l’apprendre – ne nous paraîtrait peut-être pas toujours totalement logique, mais il serait cohérent.

A New York comme dans l’ensemble du pays. La ville est en train de changer. De façon spétaculaire. Oh ! Je ne parle pas seulement de la population, avec le flots d’émigrés, mais de la ville elle-même. Il y a vingt ans, New York était avant tout un port – ses activités portuaires constituaient l’essentiel de ses revenus. Aujourd’huui que d’autres ports nous disputent la première place, le transport maritime a été éclipsé par l’industrie et la banque. L’industrie, vous en l’ignorez pas a besoin de main-d’oeuvre, et d’autres pays moins heureux nous la fournissent. Les dirigeants syndicaux prétendent que les ouvriers sont injustement traités, ici. Que ce soit vrai ou non, les émigrés continuent à affluer, parce qu’ils trouvent mieux que ce qu’ils ont laissé derrière eux.”

” Je savais ce qui allait suivre : un long monologue qui servirait de catharsis à Kreizler, un manifeste des principes les plus fondamentaux de sa profession destiné à le libérer de la terrible responsabilité qu’il assumait en oeuvrant pour la condamnation à mort d’un homme. Kreizler était un fervent adversaire de la peine capitale, même pour des brutes comme Wolff. Mais jamais il ne laissait cette conviction personnelle perturber son jugement quand il s’agissait d’évaluer la santé mentale d’un sujet.”

 

À lire aussi...

100 idées reçues qui vous empêchent d'aller bien - Alexandra Dalu - Leduc Editions

Les 100 idées reçues qui vous empêchent d’aller bien

"Les 100 idées reçues qui vous empêchent d'aller bien", est un guide clair qui nous apporte des réponses précises, des conseils éclairés, sur différents sujets comme l' alimentation, le sport, le sommeil, pour nous permettre de démêler le vrai du faux et de cette façon, apprendre à prendre soin de nous.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest

Share This